Nous y sommes, Christophe aborde la partie la plus difficile du parcours : les Alpes et ses cols à plus de 1500 mètres d’altitude !

Mardi 21/06 – 16h

Après un peu de repos, un repas protéiné et un massage, Christophe repart de Thônes serein et combatif vers le prochain checkpoint de Megève. En forme et toujours aussi motivé, l’équipe aborde sereinement en fin de journée le Col de la Colombière (1613 m d’altitude) et ses 17 km de montée.

echappe bi1 raf 2022 (15)

Mardi 21/06 – 23h

Christophe s’apprête à affronter un nouveau col à près de 1970 m d’altitude, le Cormet de roselend. 4h après, le voilà sur le col de l’Iseran, montée emblématique pour les cyclistes et motards à 2770 m d’altitude.

Après un début de soirée relativement calme, les conditions météorologiques se dégradent au fil de la nuit. Malgré une belle ascension, celle-ci n’a pas été de tout repos. La pluie, le brouillard et les variations de température nécessitent un changement de tenue régulier. Tenue(s) légère(s) et aérée(s) en montée puis tenue(s) chaude(s) au sommet et dans la descente. Car avec une température de 6° et de la neige au sommet, des pointes de vitesse à plus de 70 km/h en descente, il est indispensable de réguler la température corporel du coureur.

Cette belle nuit sans voiture s’est déroulée dans une atmosphère particulière avec une impression de se sentir totalement seul au milieu des montagnes. Avec un nouveau changement de pneu et seulement 2 siestes de 20 minutes, la nuit fut intense avant de rejoindre le point de ralliement vers 10h pour une période de repos bien méritée.

Autre fait marquant de la nuit : Christophe a pu rouler quelques kilomètres avec des coureurs fraîchement élancés sur le 1000 km de la Race Across France en partance de Megève. Ces rencontres bienvenues sont sources d’échanges et d’encouragements mutuels. Mais aussi, le temps d’offrir un petit café aux coureurs qui avaient le temps !

Mercredi 22/06 – 11h

Heureusement, le soleil revient en cette fin de matinée permettant d’aborder sereinement et avec le sourire le col du télégraphe (1566 m). Avec une vitesse moyenne de 60 km/h en descente et 10 km/h en montée, les efforts importants de Christophe nécessitent un suivi glycémique poussé afin de s’assurer qu’il consomme suffisamment de calorie. Un genou douloureux nécessite également une surveillance particulière.

Début d’après-midi, la pluie et le vent de face sont au rendez-vous avant d’affronter le col du Galibier (2642 m). Le brouillard commence à s’installer, imposant un changement de tenue régulier. La consigne pendant la montée du Galibier est de manger quelque chose à chaque fois qu’il passe une borne kilométrique. Arrivée en haut du col, la visibilité est nulle, la température toujours aussi fraîche.

Moins de 5 minutes suffisent à Christophe pour se changer, avaler une soupe chaude, se réchauffer dans le van et attaquer la descente pour éviter de prendre froid. Les premiers kilomètres de descente sont crispants pour toute l’équipe car la visibilité sur la route est au plus bas. Heureusement les conditions s’améliorent au fur et à mesure de la descente. Après ce col difficile, un objectif : réchauffer Christophe au plus vite pour qu’il puisse rapidement profiter d’un temps pour dormir avant de repartir à la conquête de l’Alpes d’Huez !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *